• AMON AMARTHSi pour ma part j'ai découvert ce groupe à mon arrivée sur la planète metal en 2002,  c'est en 1992 qu'AMONT AMARTH est né sur les cendres de Scum et en 1998 qu'il s'impose vraiment auprès du public après la signature avec le label Metal Blades Records.

    Contrairement à l'étiquette viking metal que leur appose le public du fait de leur inspiration et de leur imagerie, Amon Amarth se revendique de la scène death melodic. Melodique, certes, mais sévèrement burné ! Et, avis tout personnel, épique tant certaines de leurs mélodies vous entraînent dans de grandes "chevauchées" et vous plongent dans des charges héroïques.

    Au déroulé de leur carrière les Suédois enchaînent ce qu'il convient d'appeler des tubes tant certains titres sont devenus mythiques auprès du public, tels Valkyrie Ride ou le formidable Pursuit of Vikings.

    Lire la suite...


    7 commentaires
  • Front cover MilharisStille Volk, groupe de folk metal occitan continue son petit bonhomme de chemin sans abdiquer son identité et il vient de sortir son 7ème album en juin dernier, cette fois sous le label Prophecy Records.

    Depuis 1994 le groupe défie les modes (hé oui ! même dans notre genre favori y en a qui marchent dans la mode et ça ne leur porte pas toujours bonheur !) et il a su se créer une fan base fidèle malgré une discrétion frisant parfois la rareté.

    Si je n'ai pas d'album d'eux sur mes étagères, les prestations publiques auxquelles j'ai assistées ne m'avaient pas préparée à l'écoute de Milharis !

     

    Lire la suite...


    8 commentaires
  • ... ou délicieuse Angela !

    Arch Enemy, c'est d'abord du bon death suédois, ce sont deux frères à la guitare démoniaque, et c'est Angela Gossow qui remplacera Johan Liiva fin 2000, jusqu'en 2014.

    Angela Gossow est une femme couillue qui a su faire face à ses difficultés familiales et qui entre en death metal dès l'âge de 16 ans pour ne plus quitter cette sphère puisqu'elle est devenue manager.
    Forte et douce, mais accessible puisqu'elle prend le temps de répondre à ses fans (sans ses encouragements, j'aurais probablement jeté l'éponge lors de l'organisation des Fêtes de la Musique), c'est l'image que renvoie cette petite blonde qui growle comme une ourse protégeant son petit et n'hésite pas à balancer le pied du micro dans la tronche des indélicats essayant de la peloter.

    Ah que j'aime les voix féminines !

     


    5 commentaires
  • source official FBJe me lance sans filet pour vous présenter ma chronique du deuxième album du groupe finlandais The Dark Element, projet musical né de l'union artistique de la chanteuse Anette Olzon (ex Nightwish) et du guitariste Jani Liimataien (ex Sonata Artica) qui gère à peu près tout (claviers,écriture...), avec le renfort de Jonas Kuhlberg (basse) et du batteur Rolf Pilve (ex Stratovarius entre autres).

    Je dis "sans filet" car chroniquer un album de metal mélodique quand on est bourrin ascendant brutal c'est comme confier une émission sur les poètes de la Pléiade à Cyril Hanouna...

     

    Lire la suite...


    6 commentaires
  • C'était en janvier 2002. J'avais 43 ans.

    La vie s'écoulait mollement entre un mec que je n'aimais plus vraiment mais que je croyais être mon atmosphère, une vie où je m'emmerdais copieusement en essayant de rester "dans le rang" et des "amis" à clichés. Je me satisfaisais de cet état de fait parce que c'était reposant de ne pas me remettre en cause, reposant de ne pas avoir à me battre pour affirmer ce que j'étais vraiment. Lâcheté ? Assurément.
    Qu'il était reposant de ne pas voir que je n'étais qu'un morceau de tofu plongé dans le bouillon de la vie. Même saveur, même consistance : mollesse et fadeur.

    Mais en cette nouvelle année, j'allais faire LA rencontre qui allait me réconcilier avec la vie, avec ma Vie.

    Lire la suite...


    7 commentaires
  • Mustis - Progenies... unpluggedLes fans de black sympho s'en rappellent encore : 2009 fut marqué par un véritable coup de tonnerre au sein du légendaire groupe norvégien Dimmu Borgir.

    Vortex (basse et voix claire additionnelle) et Mustis "quittaient" le groupe ou, plus exactement ont été poussés sans délicatesse vers la sortie (à coup de SMS) ! Pour les fans ce fut un tremblement de terre car ils furent les artisans de l'énorme succès des albums sortis entre 2001 et 2007, albums qui n'auraient très certainement pas atteint le niveau qui fut le leur sans le talent de Mustis.

    Car l'homme est tout simplement un grand musicien...

    Lire la suite...


    6 commentaires
  • Dans un précédent article, je vous présentais la version unplugged de ce titre, jouée au piano pas son auteur, Mustis.

    Voici à présent le clip officiel avec Vortex, Mustis et Nick Barker (batterie), qui ont quitté le groupe depuis.

    Attention ! clichés ! :)

     


    3 commentaires
  • Le madison ! La danse obligatoire des soirées juste avant celle des canards !

    Et ça donne ça :

     

    Quand un soir de Dechristianisation Night au Black Dog...

    Lire la suite...


    3 commentaires
  • Amis lettrés, pardonnez ce jeu de mots poussif mais ô combien approprié !

    Fêtes de la Musique, concerts amateurs sont autant de moments privilégiés pour découvrir des groupes amateurs... ou en rire, juste avant de pleurer devant l'étendue du massacre !

    Le tube mondial d'Europe, The Final Countdown, comme vous le l'avez jamais entendu !

     

     Même l'ingé son vérifie que ce n'est pas son matos qui déconne ! Ah le solo de guitare... mais ça ne vaut pas le Bontempi !


    6 commentaires
  • Gojira #1Créé en 1996 à Bayonne, GOJIRA (initialement Godzilla) produira plusieurs démos et jouera en première partie de groupes majeurs tels Cannibal Corpse ou encore Immortal, avant de sortir son premier album Terra Incognita (réedité en 2003 puis 2009).

    Cet album déroutant par ses sonorités originales et complexes tombe à pic auprès du public qui reproche son manque d'originalité à la scène française.
    Terra Incognita est un album qui se mérite : lors de la première écoute j'ai froncé les sourcils et le nez, en me disant que je m'étais plantée en l'achetant mais une fois débarrassée de tout a priori et en prenant le temps de l'écouter très attentivement, je savais que ce premier album annonçait un grand groupe.

    Car déjà on sait que Gojira sera trop à l'étroit dans la seule case "death metal" tant leurs sonorités sont complexes, alliant thrash, atmosphères et prog. C'est carré, c'est technique, sans jamais être chiant. Le son "Gojira" sert leur thématique récurrente sur la vie, la mort, la spiritualité et l'environnement, tous ces thèmes étant intimement liés entre eux.

    Que de chemin parcouru par les Landais !
    Aujourd'hui Gojira est internationalement reconnu et aligne 6 albums studios et 4 live.

    Lire la suite...


    6 commentaires